Avis CFDT sur le bilan formation 2016 et le prévisionnel 2017

0

avis
Avis sur le bilan formation arrêté au 4 novembre 2016

La CFDT constate que les budgets formation en % de la masse salariale ne sont pas communiqués. Au 4 novembre, le réalisé est à hauteur de 80%, soit théoriquement 1/5e des formations restant à réaliser sur 1/8e du temps restant, sachant les congés de fin d’année. Le doute est permis sur l’atteinte des objectifs. Le nombre d’ heures moyen par an dans la catégorie I&C ressort à 15,4h/an, schooling compris, pour un objectif pourtant raisonnable de 20h/an. Ce résultat nous semble insuffisant et inquiétant en regard des enjeux 2016 : restructuration de ST, nouveaux programmes R&D.

Nous sommes particulièrement surpris et inquiets pour les ingénieurs et cadres de Grenoble. Depuis février 2016, c’est le site le plus touché par la restructuration et la mobilité interne. C’est la population qui nécessite a priori le plus de reconversion et d’adaptation métier –en particulier pour répondre aux affectations en prestation de service interne (SoW).. Et pourtant, avec 12h/an, cette population ressort factuellement parmi les moins accompagnées par la formation. D’où notre inquiétude légitime. Gardons à l’esprit que l’analog school est une belle avancée, mais concerne une petite minorité et ne pèse que pour 0.5% du volume formation en 2016.

Au niveau operateur , nous constatons 38H en bas de la cible de 45h, ce qui est insuffisant pour une catégorie avec beaucoup de formations aux postes OPE/TPM/TPP.

Pour les personnes ayant moins d’un jour de formation sur 6 ans, il y a une amélioration de 10% que nous attendions à la fois plus importante, plutôt vers 50%, et aiguillonnée par des formations cœur de métier. Cela touche principalement une population de 10 ans d’ancienneté et plus, qui est justement au cœur de la pyramide des âges de l’entreprise.

L’indicateur du nombres de demande de formation sur le réalisé n’est pas clair. Soit le catalogue ne traduit pas l’offre réelle avec des demandes qui ne débouchent pas sur un réalisé. Soit le riche catalogue de formation n’est pas en adéquation avec les axes de formation du plan 2016 (innovation, R&D, fiches de l’observatoire des métiers, objectifs de formations certifiantes PMP, …)

Faute d’indicateur concernant la formation « sur le tas », nous ne pouvons évaluer si les déficits des indicateurs actuels sont en pratique comblés par ailleurs.
A défaut, avis défavorable.

Avis sur le plan de formation 2017

On s’oriente vers un plan comparable à celui de 2016 sur de nombreux axes de formations. Sur le papier, ce plan semble très positif. Nous saluons les avancées sur l’analog school, l’engineering school, l’accompagnement au changement. La difficulté va être les moyens mis en œuvre pour l’atteindre, y compris l’accessibilité en pratique aux formations sur catalogue. Nous demandons à la direction de remettre en place la commission nationale formation pour suivre les indicateurs, proposer des actions, et partager plus d’information sur la répartition budgétaire. Nous suggérons de faciliter l’accès des cours d’anglais et bureautique via CPF aux OATAMs.

Dans des circonstances normales, notre avis aurait été globalement favorable.

Or ST est toujours en restructuration. Cela appelle un soin particulier sur la gestion prévisionnelle des emplois et compétences, et donc un soin particulier sur la formation. La direction a souhaité inscrire deux nouveaux métiers « en tension » que sont l’architecture de circuit intégré et la vérification digitale. Pour autant, le plan de formation 2017 n’identifie aucune action correctrice visant un retour à la normale pour ces métiers. Il n’y a pas non plus d’action identifiée dans le plan concernant la formation et le transfert de compétences par les séniors candidats au PDV.

Aussi, nous nous voyons obligés de rendre un avis défavorable.

décembre 16, 2016 |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *